Aller au contenu principal

Indicateurs de l'enseignement supérieur

Cette rubrique regroupe un ensemble de statistiques à propos des études dans l'enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles. 

Vous trouverez au-dessus de chaque graphique un commentaire synthétisant les données présentées. En dessous des graphiques, se trouve également une légende et différents filtres vous permettant de modifier le résultat affiché. 

Les sources de données de ces graphiques proviennent de la base de données SATURN et du CREF

De manière globale, la population étudiante a augmenté au fil des années tant dans les écoles supérieures des arts que dans les hautes écoles. Les étudiants et étudiantes de première génération représentent en moyenne un tiers de l'ensemble des personnes inscrites chaque année.

Depuis 2004-2005, la communauté étudiante n'a cessé de s'agrandir. Cette augmentation touche aussi bien les étudiants et les étudiantes belges que les jeunes en provenance de l’Union européenne et hors Union européenne. 

Entre 2004-2005 et 2020-2021, la population étudiante belge a augmenté chaque année en moyenne de 3%, celle de l'Union européenne de 4,8% et celle hors Union européenne de 3,9%. 

Dans les écoles supérieures des arts, les femmes sont majoritaires tant dans l’enseignement de type court que de type long. 

Dans le cas des hautes écoles, les femmes sont majoritaires dans l’ensemble des secteurs d’études de type court à l’exception du secteur des sciences et techniques dans lequel elles ne représentent en moyenne qu’1 personne sur 5. Pour le type long, les femmes sont majoritaires uniquement dans le secteur des sciences humaines et sociales. Le secteur de la santé est celui qui s’approche le plus de la parité.

Au sein des universités, les femmes représentent en moyenne 2 tiers de la population étudiante à l’exception du secteur des sciences et techniques dans lequel elles ne sont qu'1 tiers.

Toutes années confondues, le nombre de bourses accordées est supérieur aux bourses refusées. Quant aux bourses en attente, leur nombre varie d’une année à l’autre. En moyenne près de 60 % des étudiantes et des étudiants de l'enseignement supérieur hors universitaire obtiennent une bourse d'études et 30 % sont en attente d'une bourse.

Il est important de préciser que ces données sont relevées à un moment fixe lors de l'année académique et qu'à cette date, l'ensemble des décisions concernant l'octroi d'une bourse ne sont pas encore connues. Ces chiffres peuvent donc influencer le nombre de bourses accordées ou refusées.

De manière générale, ce sont dans les études de sciences humaines et sociales de type long que l’on retrouve le plus d'étudiantes et d'étudiants non-résidents (Union européenne et hors Union européenne). Les études dans le secteur de la santé de type long attirent également de nombreux jeunes étrangers. A contrario, le secteur des sciences et techniques de type court arrive en dernière position.

Le pourcentage de la population étudiante belge, de l'Union européenne et hors Union européenne est resté constant au fil des années. Les étudiants et étudiantes belges représentent en moyenne 80% de la population étudiante, ceux et celles en provenance de l’Union européenne 15% et ceux et celles en provenance des autres pays 5%.

On peut constater que les étudiantes et les étudiants issus de l’enseignement secondaire de transition sont proportionnellement plus à l’heure que la population étudiante venant du qualifiant.

La majorité des personnes diplômées de l’enseignement secondaire de qualification aborde les études supérieures avec 1 an de retard. La proportion des personnes de 21 ans et plus commençant des études est plus importante chez les jeunes qui viennent de l’enseignement secondaire qualifiant.

On retrouve un plus grand nombre de personnes inscrites pour les premiers crédits du cycle.

A noter qu'il y a un nombre d’étudiants et d'étudiantes inscrites plus élevé pour les études de type court que pour les études de type long. En 2014-2015, les personnes inscrites dans le type court représentent en moyenne plus de 78% du total de la population étudiante de l’enseignement non universitaire et en 2020-2021, elles représentent 77%. 

De manière générale, les femmes réussissent mieux que les hommes dans l’enseignement supérieur (hors universitaire). Elles sont également proportionnellement moins nombreuses à abandonner et à doubler. 

Au fil des années la population étudiante n’a cessé de croître, le nombre d’étudiantes et d'étudiants inscrits en bachelier étant plus important que celles et ceux inscrits en master et en doctorat. 

En moyenne, de 2014-2015 à 2020-2021, les bacheliers représentent 73% de l’ensemble de la population étudiante non-diplômée, les masters près de 24% et les doctorants 3%. Pour la population étudiante diplômée, les bacheliers représentent en moyenne 59%, les masters 39% et les doctorants 2%. 

Copyright © ARES / Mentions légales / Déclaration d'accessibilité